La cérémonie d’inauguration de la stèle célébrant le souvenir des soldats du Lot et Garonne morts pour la France en opérations extérieure (Opex) s’est déroulée le 23 octobre, quai Jacques Aulong à Agen

Plus d’une cinquantaine de porte-drapeaux étaient là, avec celui de l’ANOPEX/47 bien sur, ainsi que de nombreux représentants du monde combattant, les autorités civiles et militaires, ainsi que la ministre déléguée chargée de la Mémoire et des Anciens combattants, Geneviève Darrieussecq.

Des noms inscrits dans notre quotidien. Ce nouveau monument dont l’inauguration avait dû être repoussée en raison de la crise sanitaire se trouve à côté de deux autres, ceux dédiés aux militaires tués en Indochine, et leurs frères d’armes tombés en AFN (Algérie, Maroc, Tunisie).

C’est donc un pôle mémoriel qui s’est renforcé à côté du pont canal, site emblématique d’Agen, où chaque jour passent de nombreux promeneurs ou visiteurs.

Les noms de tous ces militaires morts pour la France sont ainsi bien présents dans notre vie quotidienne.

Les huit noms des Lot-et-Garonnais tués en Opex, inscrits en lettres d’or, sont suivants :

Adjudant chef des Troupes de Marine Pierre Van Nuvel, tué au Zaïre en 1978.

Marsouin parachutiste Jean Genies (3ème RPIMa), tué au Tchad en 1979.

Caporal Bernard Ribes (2ème REI), en 1983 tué au Liban.

Sergent Christian Dalleau (1er RCP), en 1983 tué au Liban.

Chasseur parachutiste Bernard Righi (1er RCP), en 1983 tué au Liban.

Brigadier chef Fabien Rivière (515ème RT) en 2003 tué en Côte d’Ivoire.

Caporal chef Cédric Charenton (1er RCP), en 2013 tué au Mali.

Capitaine Clément Frison-Roche (5ème RHC), en 2019 tué au Mali.

Les familles de ces militaires étaient hier présentes, et l’émotion était la plus vive lorsque leurs noms ont été égrainés, réveillant une douleur légitime.

Au cours de cette cérémonie très digne, plusieurs personnalités ont pris la parole.

Admiration, gratitude, peine Le maire d’Agen Jean Dionis a rappelé que ces huit noms «font partie du funèbre cortège des 671 soldats morts en opérations extérieures depuis 1963».

Notre admiration et notre gratitude se muent aussi en peine. Rien ne saurait cicatriser l’angoisse d’un appel funeste, ni le chagrin de voir un jour un drapeau tricolore parer solennellement le cercueil de son enfant, de son compagnon, de son frère, de son père ou de son camarade. J’exprime aux familles endeuillées notre infinie gratitude et nos sincères condoléances.»

Et la ministre déléguée, s’adressant aux huit noms du nouveau monument :

Vous incarnez l’héroïsme de l’humilité et du dévouement, de ceux qui n’ont pas agi pour eux-mêmes mais pour le bien collectif, de ceux qui ont consenti aux risques. Qui a donné sa vie pour la France n’a pas vécu inutilement, n’est pas mort pour rien. En retour, chaque Français a contracté une dette d’honneur.

Ce mémorial est à la fois un hommage et une reconnaissance. Il constitue un message d’admiration pour les soldats, les marins, les aviateurs et les gendarmes qui ont donné leur vie pour la France.

Il est aussi une manifestation publique de la noblesse et de la singularité des métiers des armes. Singularité dont tout le monde doit prendre conscience.»

Au passé, et au présent Geneviève Darrieussecq a également souligné que ce monument ne s’inscrivait pas dans le passé, mais bien dans le présent : Plusieurs milliers de nos militaires accomplissent leurs missions en ce moment même, dans les profondeurs des océans, dans nos bases, au Sahel ou dans l’Océan indien. Ils œuvrent pour la sécurité de notre territoire, pour la protection de nos concitoyens et pour la place de la France dans le concert des Nations.

Après une remarquable interprétation de « La Marseillaise » par le ténor Christian Moulié, des couronnes de fleurs ont été déposées devant les huit noms.

Document écrit par le Petit Bleu journal Local d’Agen

You need to login to contact with the Listing Owner. Click Here to log in.

Don